Interview avec une pharmacienne : @PHARMA.MAMAA

Pour ce nouvel article et pour le lancement de la rubrique « Interview avec un professionnel de santé » sur mon blog, j’ai eu le plaisir d’interviewer Monia du compte Instagram @pharma.mamaa , une pharmacienne et maman tournée vers le naturel, qui répond aux questions que vous lui avez posé en story sur les thèmes de la maternité/puériculture.

N’hésitez pas à aller faire un tour sur son compte Instagram @pharma.mamaa qui regorge d’informations et de conseils bienveillants.




Préambule

"C’est avec plaisir que je répond aux questions que vous avez posées à Firdawsnour, autour de la maternité et des bébés, et je la remercie de m’avoir sollicitée pour ça.

Vous trouverez mes conseils avec des idées de prises en charge naturelle. J’essaie de vous apporter des réponses claires, concises, et pratiques ; avec souvent des produits simples que vous pourrez réutiliser par la suite pour un tas de choses ! Je vous met aussi ce qui est couramment utilisé mais que je vous déconseille.

Je tiens à rappeler que comme toujours les conseils que je donne comme ceux que vous trouvez sur internet, sont généraux et sont ensuite à adapter au cas par cas, après en avoir discuté avec votre pharmacien pour vérifier que c’est bien adapté à votre situation et son contexte.

Ne faites jamais de l’automédication si vous avez une maladie, un traitement, en cas de grossesse ou allaitement… et ce, même pour les produits naturels car des contre-indications, précautions d’emploi, ou des interactions existent, je ne peux pas tous les citer. Concernant les HE (huiles essentielles) elles ne s’utilisent pas le 1er trimestre de grossesse, jamais avant 3 mois chez le bébé voir 2, 3 ou 7 ans selon l’HE, et elles nécessitent de respecter des conditions d’utilisations propres à chacune (dilution dans une HVégétale, différentes voies d’utilisations possibles, contre-indications …). Alors faites-vous accompagner par un spécialiste pour les utiliser en toute sécurité.


Après ce petit préambule, c’est parti pour les questions, bonne lecture à vous !"



Que recommandez-vous pour éviter les cicatrices de boutons de varicelle ?

Il faut absolument éviter de gratter les boutons.

Pourquoi ? • D'une part, pour ne pas arracher les croûtes et interférer avec une bonne cicatrisation sans traces. Il faut les laisser tomber d'elles-mêmes, et on évite les bains prolongés. • D'autre part, pour éviter une surinfection des boutons.

Pour cela, voici des conseils généraux : 1. Coupez court les ongles et lavez régulièrement les mains. 2. Apaisez les démangeaisons, qui sont parfois insupportables : agir en prévention est la 1ère des choses à faire ! • Appliquez sur les zones touchées de l'Hydrolat de camomille romaine ou de lavande fine, et/ou pulvériser de l'argile verte surfine. 3. Aider à cicatriser, assécher, et assainir.

• Le spray Sérozinc de La Roche Posay ou la lotion Cytelium d’Aderma sont des solutions pratiques, à appliquer ++ dans les zones qui peuvent macérer.

• 1 cuillère à café d’huile de Nigelle + 1 goutte d’HE tea tree + 1 goutte HE lavande fine, 3 fois par jour.

• On peut aussi appliquer un cataplasme d'argile verte/miel/hydrolat (tea tree, lavande fine ou camomille romaine selon l’effet souhaité). Laisser poser 15 minutes avant de passer à la douche. Autres conseils : - Se sécher en sortie de douche en tapotant, sans frotter. - Choisir un gel lavant doux à la bonne composition. - Pas de crèmes chimiques ! Ni d'éosine qui ne désinfecte pas et colore en rouge ce qui masque une possible surinfection. Pas de talc et surtout pas sur les fesses de nos bébés !

S’il y a tout de même des cicatrices :

• Ne les exposez pas au soleil et pensez à bien mettre une crème avec filtres UV.

• 1 goutte d’HE de lavande vraie ou d’Hélichryse italienne dans quelques gouttes d’huile végétale de rose musquée.

J'en profite pour vous rappeler une INFORMATION CAPITALE : surtout ne pas donner d'Ibuprofene, Advil, aspirine en cas de varicelle ! Si besoin, utilisation possible du paracétamol seulement.

Que faire pour soigner des mamelons abimés (douloureux) lors de l’allaitement ?

Vous possédez le meilleur des remèdes, de l'or blanc, VOTRE LAIT !

Il a entre autres, des propriétés cicatrisantes et antiseptiques. • Faites perler votre lait et répartissez le sur votre mamelon.

Pensez à le faire à la moindre petite irritation. S'il y a des crevasses ne les laissez pas sécher (ni macérer !). Des accessoires comme des coquillages d’allaitement ou des coupelles d’argent peuvent parfois être utiles pour vous aider à soigner des crevasses, n’hésitez donc pas à vous faire accompagner pour adapter la prise en charge au cas par cas. • Ajoutez un gel cicatrisant soit à base de miel (Melicare, avec de l'acide hyaluronique) soit de lanoline (graisse issue de la laine de mouton, Medela ou Lansinoh). Vous pourrez l’utiliser pour les déchirures du périnée, la cicatrice de césarienne...

Je vous conseille de l’avoir dans votre trousse pour la maternité histoire d’être équipée en cas de début d’allaitement difficile. Un petit format suffit !

Chercher un remède efficace c'est bien mais comme pour tout problème de santé, il faut chercher la cause pour pouvoir la prendre en charge et solutionner réellement le problème. Rappelez-vous, en dehors de votre montée de lait qui peut être désagréable voire douloureuse, un allaitement normal ne doit pas être douloureux !


Si c’est le cas pour vous, il faut faire un point sur votre allaitement : • Les crevasses sont souvent dues à une mauvaise position d'allaitement ou une mauvaise prise du sein. Consultez votre sage-femme ou une conseillère en lactation certifiée IBCLC pour vérifier avec elle les positions d'allaitement, la bonne prise du sein et vérifier la présence ou non de freins restrictifs qui peuvent perturber l'allaitement ( et d’autres choses !).

• Une douleur persistante, qui lance à l’intérieur du sein peut être aussi due à une candidose mammaire (une infection par un champignon) qu’il faut prendre en charge.

Comment éviter les plaies au niveau des plis de peau de bébé et quels produits appliquer lorsque c’est déjà le cas ?


Les irritations au niveau des plis de bébé sont favorisées par la chaleur et l’humidité.


Conseils préventifs et curatifs pour prendre soin des plis de bébé :

• La douceur est le maître mot ! Un savon doux pour ne pas agresser sa peau, sans parfum pour les plus petits et plus fragiles, et à la composition saine. En sortie de douche ne pas frotter mais bien sécher chaque plis en tapotant délicatement.

• Séchage optimal obligatoire ! Il ne faut surtout pas que ça macère !

Si nécessaire vous pouvez appliquer de temps en temps le spray Serozinc de La Roche Posay ou Cytelium d’Aderma pendant les périodes et les zones « à risque » et lors d’irritations.

• Hygiène infaillible ! Changez régulièrement la couche. Lorsque les fesses sont saines, le liniment permet de laisser un film gras protecteur pour éviter à la peau de bébé d’être agressée par l’acidité des urines ou des selles. Si des rougeurs apparaissent quand même,

Il faut STOPPER le liniment qui risque de les aggraver, et pulvériser de l’argile blanche. Je déconseille d’utiliser du talc qui peut être nocif pour les poumons !

Bébé bave beaucoup, il régurgite… essuyez de suite avec un coton bio + une eau florale qui sera utile en prévention et pour traiter les irritations. Il faut bien la laisser sécher notamment avant de remettre la couche. La P’tite lotion de Néobulle est pratique et associe les eaux de rose, camomille et fleurs d’oranger.


Si les plis sont à vif, vous pouvez alors réaliser un cataplasme d’argile verte.

Si les rougeurs ou irritations persistent, il faut consulter votre médecin pour qu’il puisse diagnostiquer une éventuelle infection bactérienne ou fongique (mycose).

Comment anticiper les vergetures lors de la grossesse ? Comment atténuer les vergetures récentes ?

Je vais être directement franche avec vous, il n’y a pas de solution miracle qui vous garantit de ne pas avoir de vergetures !! 80% des femmes en développent. Elles sont dues à l’étirement de la peau, mais il y a aussi une part hormonale et une part génétique ! Si votre peau doit craquer elle craquera. Une fois qu’elles sont là on peut travailler dessus pour les atténuer si elles ne sont pas encore blanches, mais difficile de les faire disparaitre complètement.


• On peut tout de même agir pour tenter de les limiter en assouplissant la peau, préserver son hydratation et la nourrir. Massez-vous quotidiennement dès le début de la grossesse, en variant les huiles végétales (pépins de figue de barbarie, rose musquée, argan, avocat, amande douce, beurre de karité …). Si vous n’échappez pas aux vergetures au moins vous ressentirez plus de confort avec moins de tiraillements, et vous profitez d’un moment cocooning rien que pour vous. Poursuivez cette routine en post partum, pendant ce qu’on appelle le 4ème trimestre .

Si vous préférez une huile ou une crème spéciale vergeture prête à l’emploi veillez à choisir une composition saine (par exemple Alphanova ou Sanoflore).

On pense à hydrater et nourrir sa peau de l’extérieur, mais le faire de l’intérieur est tout aussi important (eau, omégas 3 …).

• Les vergetures sont des cicatrices, il faut les traiter comme telles. Vous pouvez ajouter dans votre huile végétale 1 goutte d’HE d’hélichryse italienne + 1 d’HE de lavande vraie réputées pour leurs propriétés cicatrisantes et anti inflammatoires.


Attention ! Un produit très connu, qui vente ses mérites pour les vergetures, que je vous déconseille fortement, et surtout surtout pas pendant la grossesse tant sa composition est médiocre : l’huile Bio oil, à fuir !


Que recommandez-vous comme solution naturelle contre les ballonnements et nausées durant la grossesse ?

Veiller à avoir une flore intestinale équilibrée est primordial pour limiter les désagréments digestifs possibles pendant la grossesse, en plus de favoriser une bonne immunité et une bonne absorption des nutriments. Cela passe par une alimentation saine, vraie, avec peu de produits transformés/ultratransformés, riche en fibres (prébiotiques) et probiotiques. Une cure de probiotiques est la bienvenue avant, pendant, et le dernier mois de grossesse (protocole à adapter au cas par cas). Si vous souffrez de remontées acides, de brûlures d’estomac, du macérat concentré de figuier pourra vous soulager (maximum 5 gouttes par jour).

Concernant les nausées, je souhaite du fond du cœur pour vous qu'elles cesseront après le 1er trimestre... mais il faut savoir qu'elles peuvent durer, ça été mon cas !

Des petites astuces peuvent vous aider : 1. Ne pas rester le ventre vide c'est la règle d'or ! Au réveil avant même de sortir du lit prenez une bouchée d'un gâteau que vous laisserez à disposition (quelque chose de fade, un Tuc, une biscotte, voir un thé que votre partenaire vous aura préparé). 2. Pas le ventre trop plein non plus ! Fractionnez les repas, un encas le matin et un l’après-midi, toujours un petit quelque chose à grignoter dans votre sac. Si vous avez du mal à manger, mangez froid et fade.

3. Le gingembre sera votre meilleur ami. Râpez-en pour le boire en tisane, ou buvez des sachets prêt à l’emploi. Vous pouvez en trouver sous forme de complément alimentaire en poudre. Le citron aussi, en citronnade, en HE (on parle plutôt d’essence de citron).

4. Reposez-vous, la fatigue augmente les nausées.

5. Consultez un ostéopathe, parfois il y a des blocages qui accentuent vos maux, c’est une piste à explorer qui peut vous soulager, tout comme l’acuponcture.

6. L’homéopathie pourra être un soutien pour tous vos maux de grossesse. Il faudra adapter au cas par cas le choix des souches ! Par exemple dans le cas de nausées accompagnées de ballonnements, 1 dose de Sépia 15CH par semaine.

Vous voyez, différentes solutions existent, ce qui marche chez l’une ne sera pas forcément ce qui marchera chez l’autre. N’hésitez pas à varier quand un remède ne fait plus effet pour les nausées.

Y’a-t-il des vitamines à privilégier en hiver chez la femme enceinte ou en post partum ? L'hiver est la période des petits virus à gogo !

On prend soin de son système immunitaire, en douceur on aide son organisme à se renforcer.


Prendre des vitamines isolées n’est pas la meilleure solution mais plutôt apporter un ensemble de vitamines et minéraux dont votre corps à besoin pour qu’ils puissent fonctionner en harmonie, en synergie, de façon physiologique.


Voici quelques exemples de produits intéressants en hiver, pendant la grossesse ou l’allaitement : • L'incontournable vitamine D, pour tous, petits et grands, femmes enceintes et allaitantes. Je reviendrai dessus dans une question suivante. • La vitamine C peut être intéressante en cette période dans l'optique de maintenir une bonne vitalité. Préférez l’acérola qui est riche en vitamine C naturelle et contient également d’autres nutriments plutôt que de la vitamine C synthétique.

• Les produits de la ruche sont riches en vitamines et minéraux. Une cure de gelée royale ou de vrai miel chaque matin pour renforcer son organisme est une des solutions possibles. • Pour la femme enceinte je conseille de poursuivre les vitamines prénatales. Elles contiennent toutes les vitamines nécessaires pour éviter toute carence et comme soutien pour rester en forme. Il faut veiller à bien les choisir : composition saine (ce n'est pas toujours le cas ! Attention on fuit le dioxyde de titane qui passe la barrière placentaire) et vitamines biodisponibles ce qui veut dire que votre corps pourra les assimiler correctement. Retrouvez ma sélection en post. • En post partum, j'aime bien conseiller la spiruline qui va apporter les nutriments nécessaires à la récupération. En dehors des vitamines, mon produit naturel chouchou de l'hiver est l'HE de RAVINTSARA, à utiliser en prévention, en local 1 goutte sur les poignets que l'on respire profondément 3 fois. Respectez des pauses : 5 jours sur 7 pendant 3 semaines puis 1 semaine de pause.

La vitamine D est-elle vraiment nécessaire chez le bébé ? Quelles vitamines donner à un bébé de la naissance à 3 ans ?


Se supplémenter en vitamine D est primordial, et encore plus pour nos bébés. Je vais vous expliquer ses rôles vous allez alors comprendre pourquoi.

• La vitamine D sert à absorber correctement le calcium et le phosphore, donc la bonne santé de nos os et nos dents. Mais pas que, loin de là ! Elle est importante pour notre système immunitaire ; les cellules chargées de tuer les virus et bactéries ont besoin de cette vitamine. C’est pour cette raison qu’on en entend parler avec le contexte actuel de Covid19 et l’importance de ne pas être carencés. Elle a encore d’autres effets extra-osseux qui sont en étude, on a encore beaucoup à apprendre sur cette vitamine.


Pourquoi est-ce qu’on se supplémente ?

• La grande majorité de la production de vitamine D se fait grâce aux UVs. Dès la période automnale, l’ensoleillement n’est pas suffisant donc sa production chute. Et même en période estivale, étant donné que l'on expose pas les bébés directement au soleil, ils sont en manque de vitamine D. Nos besoins augmentent pendant la grossesse, l’allaitement, chez les personnes âgées, et chez nos enfants en pleine croissance ! C’est pour ces principales raisons que je vous réponds que oui, elle est vraiment nécessaire pour nos bébés (et même pour nous) jusqu’à au moins 18 mois quotidiennement puis on poursuit les mois d’hiver.


À noter qu’apporter une dose physiologique quotidiennement, donc une quantité plus petite et naturelle chaque jour, sera plus efficace qu’une forte dose en ampoule tous les 3mois. Bien évidemment, comme toujours, à adapter au cas par cas selon les recommandations de son médecin.

Vérifiez toujours le dosage de la vitamine D si vous en prenez une sans ordonnance pour adapter la posologie et éviter des sur ou des sous dosages.


• Mis à part cette vitamine, bébé reçoit sous prescription de la vitamine K en prévention des hémorragies néonatales, à la naissance puis 2 autres doses.

Il n’est pas nécessaire de supplémenter bébé avec d’autres vitamines de la naissance à 3ans.


Ce ne sont pas des vitamines mais vous pouvez faire des cures de probiotiques quand cela est nécessaire.


Que conseillez-vous comme produits d’hygiène aux compositions clean pour le nourrisson ?


Quand on voit les kilomètres de produits bébés dans les magasins, en tant que future maman on imagine avoir besoin d’une tonne de produits, alors qu’en réalité … pas du tout !


Ce dont vous pouvez avoir besoin pour un nourrisson :

- Pour le bain : un gel lavant doux (Love and Green, laboratoires de Biarritz…), de l’avoine colloïdale si peau sensible ou eczéma.

- Pour le change : du liniment (à la composition la plus simple possible, Love and Green, Babyléna…), une crème de change (Alphanova, Cattier, Jonzac…) de l’argile blanche et de l’aloe vera pour soigner des érythèmes fessiers. Des lingettes à l’eau Waterwipes pour les déplacements.

- Pour débarbouiller, une eau florale ou Ma P’tite Lotion de Néobulle.

- Des cotons jetables bio ou des cotons lavables.


Pour choisir vos produits bébé clean, attention au marketing et leur faux produits green. Pour ne pas vous faire avoir apprenez à reconnaitre les principaux ingrédients à fuir.

Vous retrouverez une story à la une de produits bébés avec à chaque fois plusieurs marques que je vous sélectionne.

Comment apaiser l’eczéma chez bébé ?


Le mot eczéma est général et englobe différents types d’eczéma selon leur origine. Il faudra prendre en compte l’origine pour l’éviter et pour une prise en charge globale.


Pour apaiser la peau de bébé :

1. Hydrater et nourrir la peau QUOTIDIENNEMENT pour espacer les poussées et restaurer la barrière de la peau qui est abimée : beurre de karité brut non raffiné, ou en chantilly avec de l’huile d’argan.

On ne met pas de crème chimique ni de pommade sur les zones inflammatoires lors des crises !

2. Pas d’hygiène excessive ! Maximum 3 douches par semaine, se sécher en tapotant la peau sans l’agresser.

3. Sur les lésions : on veut éviter les surinfections, calmer les démangeaisons et aider à cicatriser.

• Vaporiser de l’eau thermale et de l’hydrolat de camomille romaine ou de lavande vraie.

• Argile verte ou blanche ou pulvérisation sur les lésions. Si suintant, vous pouvez faire un cataplasme d’argile.


L'utilisation d''huile végétale de Nigelle, l'aloe vera… s'avère efficace.


Un remède peut marcher un temps puis ne plus être efficace. N’hésitez pas à varier.

Pensez à agir aussi de l’intérieur : cures d’omégas 3, probiotiques s’il y a un terrain allergique.

Prenez garde aux nombreuses crèmes soit disant spécifiquement formulées pour les peaux réactives mais qui ont des compositions douteuses…

Quels produits conseillez-vous contre la chute des cheveux post partum ?


La première chose à savoir est que votre hygiène de vie retentit directement sur vos cheveux. Essayez de bien manger, dormir, vous relaxer et limiter le stress ( facile à dire ! Le magnésium peut vous aider à gérer le stress et la fatigue).

Votre corps a été affaiblit par la grossesse, l’accouchement, et l’allaitement si vous allaitez. Je vous conseille de poursuivre vos vitamines prénatales, contrôler votre fer et vous supplémenter si nécessaire. C’est le bon moment si vous souhaitez plutôt faire une cure de spiruline. Le cheveu a besoin de vitamines et minéraux pour former sa kératine : si vous êtes carencé, il en sera affecté donc c’est vraiment la base pour des cheveux forts et sains.


Mais en post partum, cela ne suffit pas ! Les hormones font des siennes. On met alors le paquet pour renforcer ses cheveux, favoriser les repousses, sans attendre que ce soit catastrophique.


Pour être efficace sur la chute de cheveux post partum, il faut une prise en charge globale avec toute une routine. J’en ai souffert, la chute était impressionnante, mais heureusement j’ai réussi à en venir à bout grâce aux conseils suivants :

1. Etape primordiale : action locale en massages pour activer la micro circulation du cuir chevelu, la bonne circulation sanguine, la bonne oxygénation, et ce pour le bon acheminement des nutriments jusqu’au bulbe du cheveux.

- 1 fois par semaine avec de l’huile de nigelle, ou moutarde, ricin…

- Du ghassoul mélangé à de l’hydrolat de cèdres de l’atlas et 2 gouttes d’essence de pamplemousse à laisser poser sur le cuir chevelu.


2. Une routine non agressive avec un shampoing doux, du henné de temps en temps pour les fortifier, des masques avec des poudres ayurvédiques, de l’ortie piquante…


3. Des compléments pour nourrir de l’intérieur : spiruline, ou kératine pure de chez Dlab avec leur complexe de pousse.


Tous les conseils que je vous ai donné ici sont compatibles avec un allaitement.

Vous traversez une période de grande fatigue, physique et émotionnelle, et ce n’est pas sans conséquences, alors prenez soin de vous et ne vous inquiétez pas tout finira par rentrer dans l’ordre.


Quels sont les soins apportés à un bébé après circoncision ?


• À chaque changement de couches, il est généralement conseillé d’appliquer de la vaseline sur le bout du pénis, pour garder la zone humide ce qui favorise une bonne cicatrisation, et pour jouer un rôle de pansement en évitant l’adhésion aux vêtements. Etant un produit issue du pétrole, je ne recommande pas d’y avoir recours.

Une alternative naturelle, sans danger et très efficace existe, et c’est l’aloe vera. Le gel de cette plante apaise la douleur et va favoriser une bonne cicatrisation en participant à l’hydratation de la zone concernée.


• Il est recommandé de ne pas donner de bains à bébé les premières 24 heures, sauf si des selles touchent le pénis. Lors des bains suivants, vous pouvez y ajouter de l’avoine colloïdale pour apaiser, favoriser une bonne hydratation toujours dans cette optique d’aider à cicatriser.


• Au moment du change, pour parfaire le tout, finissez délicatement avec un spray assainissant contenant du zinc pour purifier et apaiser (Serozinc de Laroche Posay) ou à défaut de l’eau thermale. Puis de l’hydrolat de camomille romaine, avant d’appliquer le gel d’aloe vera. Vous pouvez réaliser ses soins pendant 1 semaine.


À savoir : L’hydrolat de camomille romaine peut être aussi ajouté au bain de bébé. Il a des propriétés apaisantes et va jouer également sur les émotions de bébé, avec un effet calmant, pour faciliter sa détente.


N’hésitez pas à contacter votre médecin si vous avez un doute sur une possible infection, si après quelques jours le pénis est très douloureux, enflé et rouge.


Que faire lorsque bébé est constipé lors de la diversification ?


Avec la diversification les selles de bébé se modifient et il peut souffrir de constipation passagère.

• Si c’est le cas, donnez-lui à manger des aliments qui facilitent le transit ( légumes verts, pruneaux…) et évitez ceux qui constipent ( carotte, banane, coing, riz, myrtilles…). Hydratez bien bébé en lui donnant à boire ou davantage de tétées.

• Une cure de pré et probiotiques l’aidera à équilibrer sa flore intestinale.

• Si vous allaitez, veillez à consommer des fibres et des probiotiques. C’est également le bon moment pour faire une cure de magnésium et boire de l’eau riche en magnésium. Celui-ci passera dans votre lait et facilitera le transit de bébé. Pour ma part c’est ce qui a été efficace avec mon premier bébé.

• Massez le ventre de bébé dans le sens des aiguilles d’une montre et faites des mouvements circulaires avec ses jambes pour l’aider à évacuer et soulager son inconfort.

• L’homéopathie comme toujours peut être utilisé sans danger pour aider ponctuellement bébé. 10 granules de Magnesia muriatica 5CH à faire fondre dans un fond d’eau. Vous pouvez voir au cas par cas d’autres souches selon les symptômes de votre nourrisson.

Attention : N’utilisez pas de suppositoires à la glycérine sans avis médical. Ils s’utilisent très ponctuellement, en dernier recours, pour que bébé ne s’y habitue pas. N’introduisez jamais rien dans son rectum pour tenter d’évacuer ses selles vous pouvez provoquer des fissures anales !


Cette constipation due à la diversification n’est que passagère, si elle persiste trop longtemps n’hésitez pas à en parler à votre médecin.



Quel produit naturel pour les bosses de bébé (chute, lorsqu’il se cogne…) ?


Pour les coups et les chutes, on souhaite limiter voir éviter l’apparition d’hématomes.

Le premier réflexe bien connu, l’Arnica. En gel, uniquement s’il n’y a pas de plaies pour éviter le risque d’allergie, et en granules « Arnica montana 9CH » à avoir dans votre trousse à pharmacie pour pouvoir l’utiliser le plus tôt possible.


L’huile essentielle la plus efficace contre les hématomes est celle d’hélichryse italienne, 1 à 2 gouttes directement à l’endroit du coup, 3 fois par jour.


S’il y a une plaie, il faut nettoyer la plaie à l’eau claire et au savon, puis désinfecter à l’aide d’un antiseptique classique ou on peut utiliser de l’HE de lavande fine qui va désinfecter, aider à cicatriser, et apaiser la douleur.

Merci à Monia pour cette interview et ces réponses très complètes et parfaitement bien expliquées !


Si vous avez d’autres questions sur un thème plus général, n’hésitez pas à les poser en commentaire, j’organiserai une autre interview prochainement !